Skip to content

Labrecque-Lee Book Prize Committee Award 2019 Prize Announcement / Annonce du Prix du livre Labrecque-Lee 2019

The Labrecque-Lee Book Prize was established in 2018, and named in honour of two outstanding Canadian anthropologists. Marie-France Labrecque, Emeritus Professor at the Université Laval Department of Anthropology, where she taught for more than 30 years. Since 1982, she has (co)authored or (co)edited nine books on gender, migration and mobility in Mexico. In 2015, she was awarded the Weaver-Tremblay prize by CASCA, celebrating her contributions to Canadian anthropology. Richard Borshay Lee is Emeritus Professor at the University of Toronto Department of Anthropology. Since 1965, he has participated as (co)author or (co)editor of nine books on the hunter-gatherers of Africa and North America. In 2016, he was appointed Officer of the Order of Canada and he is a Fellow of the Royal Society of Canada.

The Labrecque-Lee Book Prize honours a single or co-authored monograph on sociocultural, archaeological, bio-cultural, ethnohistorical or linguistic work, in French or English. It is given to CASCA members who demonstrate a Canadian affiliation through either their fieldwork, institution, degree or funding. The winner is honoured at the CASCA annual meeting and receives a $500 award. In 2019, the Committee was composed of Julie-Soleil Archambault, Nathalie Boucher, Daromir Rudnyckyj, and Jaro Stacul. Ten monographs were submitted. The Committee’s criteria are richness and deepness of ethnography, strength of theoretical work, literary style, originality, and contribution to anthropological debates.

The Committee is pleased to announce that the 2019 winner is Katie Kilroy-Marac, for her book An Impossible Inheritance: Postcolonial Psychiatry and the Work of Memory in a West African Clinic. Dr. Kilroy-Marac is Assistant Professor of Anthropology at the University of Toronto Scarborough.  

An Impossible Inheritance is a paradigm-making example of ethnography that does theoretical work. The book is an ethnographic study of the Fann psychiatric clinic, located in Senegal.  However, the book’s interventions go far beyond a mere case study. Instead, author Katie Kilroy-Marac illustrates a profound theoretical problem through the debates and dynamics that animated treatment in the Fann clinic over several decades.  At stake in these debates is nothing less than the question of the universality of knowledge. Taking the transcultural psychiatry of the French doctor Henri Collomb a central object of analysis, Kilroy-Marac describes how the Fann clinic is a central site for profound contestations over whether psychiatry is a universal science with privileged insight into the human mind at large or whether it is limited by the particular cultures and histories in which it is applied.  In so doing, Kilroy-Marac reveals the aporias of colonialism and the predicaments of modernity. The author documents with vivid data how the Clinic is dense transfer point for cultural, historical and political tensions, Western and traditional practices and beliefs about mental health, and complex characters, especially Demba and Collomb. Most importantly, the theoretical dialogue with the micro-practices of the Clinic and the macro-context of postcolonial and neoliberal political economy is enlightening. Finally, the ethnographer’s account of her thoughts and doubts are poetically and intelligently embedded in the text. Thoughtfully written with an eye toward ethnographic innovation, An Impossible Inheritance is a stunning example of the power of contemporary anthropology, and forcefully illustrates the capabilities of the discipline to illuminate critical theoretical issues through fine-grained ethnographic work. It provides a great example of the strengths of ethnographic work, and of writing, as a complex yet lucid means of contributing to anthropology and to the human sciences more broadly. 

The Committee also wishes to award an honorary mention to Laura Eramian for her book Peaceful Selves; Personhood, Nationhood, and the Post-Conflict Moment in Rwanda. Laura Eramian is Assistant Professor in the Department of Sociology and Social Anthropology at Dalhousie University, Halifax.

The book is an analysis of personhood and nationhood in post-genocide Rwanda. Based on ethnographic fieldwork conducted in several spells over a decade, it examines how Rwandans of different social classes reflect on a wide range of messages emanating from the Rwandan state and NGOs, teaching them how to become good citizens and forgive perpetrators of violence. Both in content and style, the author successfully communicates the complex ambivalence that structure the daily life of her interlocutors, who are caught between a longing to leave the past behind and think about the future, and memories of the genocide and of missing relatives, friends, and neighbours. The author grounds her analysis in a thorough knowledge of Rwandan culture and society, and nicely dissects the different motivations and attitudes of Rwandans to their perceived role in the making of the new nation in the wake of violence. The portraits of participants give readers a real sense of how anxieties about personhood and nationhood are articulated by people who want to become agents of change. The book makes an excellent contribution to the established Africanist anthropological literature on post-disaster.

The award and honourable mention have been presented at the Annual General Meeting on November 22, 2019, in Vancouver.

Le Prix du livre Labrecque-Lee a été créé en 2018 et nommé en l’honneur de deux anthropologues canadiens exceptionnels. Marie-France Labrecque est professeure émérite au Département d’anthropologie de l’Université Laval, où elle a enseigné pendant plus de 30 ans. Depuis 1982, elle a (co)écrit et (co)édité neuf livres sur le genre, la migration et la mobilité au Mexique. En 2015, la CASCA lui a décerné le prix Weaver-Tremblay pour sa contribution à l’anthropologie canadienne. Richard Borshay Lee est professeur émérite au département d’anthropologie de l’Université de Toronto. Depuis 1965, il a participé en tant que (co)auteur ou (co)éditeur de neuf livres sur les chasseurs-cueilleurs d’Afrique et d’Amérique du Nord. En 2016, il a été nommé Officier de l’Ordre du Canada et il est membre de la Société royale du Canada.

Le Prix du livre Labrecque-Lee honore une monographie d’auteur.e ou coécrite, toute discipline (socioculturelle, archéologique, bioculturelle, ethnoculturelle, ethnohistorique ou linguistique), en français ou en anglais. Le Prix est remis aux membres de la CASCA qui démontrent une affiliation canadienne par leur travail sur le terrain, leur établissement d’affiliation, leur institution de diplomation ou leur financement. Le gagnant est honoré à l’assemblée annuelle de la CASCA et reçoit un prix de 500 $. En 2019, le Comité était composé de Julie-Soleil Archambault, Nathalie Boucher, Daromir Rudnyckyj et Jaro Stacul. Dix monographies ont été soumises. Les critères du Comité sont la richesse et la profondeur de l’ethnographie, la force du travail théorique, le style littéraire, l’originalité et la contribution aux débats anthropologiques.

Le Comité est heureux d’annoncer que la lauréate de 2019 est Katie Kilroy-Marac, pour son livre An Impossible Inheritance : Postcolonial Psychiatry and the Work of Memory in a West African Clinic. Katie Kilroy-Marac est professeure adjointe d’anthropologie à l’Université de Toronto.

An Impossible Inheritance offre une étude ethnographique, empirique et théorique, de la clinique psychiatrique de Fann, située au Sénégal. Son propos dépasse toutefois la simple étude de cas ; l’auteure Katie Kilroy-Marac illustre un profond problème théorique à travers les débats et la dynamique qui ont animé les traitements psychiatriques à la clinique Fann pendant plusieurs décennies. L’enjeu de ces débats n’est autre que la question de l’universalité du savoir. Prenant la psychiatrie transculturelle du médecin français Henri Collomb comme objet central d’analyse, Kilroy-Marac décrit comment la clinique Fann est un lieu central de profondes contestations : la psychiatrie est-elle une science universelle avec une vision privilégiée de l’esprit humain en général ou est-elle limitée par les cultures et histoires particulières où elle est appliquée?  Kilroy-Marac souligne par ce cas les apories du colonialisme et les difficultés de la modernité. L’auteure documente avec des données vivantes la façon dont la clinique est un point de convergence des tensions culturelles, historiques et politiques, des pratiques et croyances occidentales et traditionnelles en matière de santé mentale, et où se croisent des personnages complexes, en particulier Demba et Collomb. Plus important encore, le dialogue théorique avec les micropratiques de la Clinique et le macro-contexte de l’économie politique postcoloniale et néolibérale est éclairant. Enfin, le récit de l’ethnographe sur les pensées et les doutes de l’auteure est intégré poétiquement et intelligemment dans le texte. Rédigé avec soin dans une optique d’innovation ethnographique, An Impossible Inheritance est un exemple frappant du pouvoir de l’anthropologie contemporaine et illustre avec force les capacités de la discipline à éclairer des questions théoriques critiques par un travail ethnographique sensible. Cet ouvrage est un bel exemple de la force du travail ethnographique et de l’écriture comme moyen complexe, mais lumineux de contribuer à l’anthropologie et aux sciences humaines en général.

Le Comité souhaite également décerner une mention honorifique à Laura Eramian pour son ouvrage Peaceful Selves ; Personhood, Nationhood, and the Post-Conflict Moment in Rwanda. Laura Eramian est professeure adjointe au Department of Sociology and Social Anthropology de Dalhousie University.

L’ouvrage est une analyse de l’identité personnelle et nationale dans le Rwanda post-génocide. Se basant sur un travail ethnographique de terrain mené sur plusieurs périodes au cours d’une décennie, l’auteure examine comment les Rwandais de différentes classes sociales réfléchissent à un large éventail de messages émanant de l’État rwandais et des ONG, leur enseignant comment devenir de bons citoyens et pardonner aux auteurs de violences. Tant par le contenu que par le style, l’auteure réussit à communiquer les ambivalences complexes qui structurent la vie quotidienne de ses interlocuteurs, pris entre le désir de laisser le passé derrière soi et de penser à l’avenir, et le souvenir du génocide et de la disparition de parents, amis et voisins. L’auteure fonde son analyse sur une connaissance approfondie de la culture et de la société rwandaises et dissèque bien les différentes motivations et attitudes des Rwandais quant à leur rôle perçu dans la formation de la nouvelle nation à la suite des violences. Les portraits des participants donnent aux lecteurs une idée réelle de la façon dont les personnes qui veulent devenir des agents de changement expriment leurs inquiétudes au sujet de leur identité personnelle et nationale. Le livre apporte une excellente contribution à la littérature anthropologique africaniste établie sur le thème de l’après-catastrophe.

Le Prix et la mention honorifique ont été remis lors de l’assemblée générale annuelle, le 22 novembre 2019, à Vancouver.

More from this Volume
Bonjour/hello : de la présidente/from the president

J’ai eu l’honneur d’assumer la présidence de la CASCA dans une année mouvementée … and…

Mot de l’équipe / Editors’ Note

Bienvenue dans le numéro d'automne de Culture, le bulletin d'information semestriel de la CASCA! C’est…

Invisibilité et discrétion ? Conflits énergétiques et destructions socio-environnementales en Alt Empordà (Catalogne, Espagne)

Par Sabrina Bougie, étudiante au doctorat en anthropologie, Université Laval, Québec   La multiplication des…

Les Défis de l’Adaptation Culturelle(s) : Réflexions sur la Communication et la Sécurité en Temps de Crise

Emilie El Khoury, Ph.D, Post-Doctorante, Centre for International and Defense Policy (CIDP), Queen's University  …

Our members in the News/ Suivez nos membres dans les médias

At the University of Toronto, Associate Professor Girish Daswani appeared as a guest on a…

Des membres de la CASCA se distinguent/CASCA members stand out

University of Toronto Scarborough Anthropology Associate Professor Christopher Krupa has been awarded the 2023 Society…

In Memoriam: Megha Sharma Sehdev (1981-2023)

Dr. Megha Sharma Sehdev was a brilliant and creative scholar of law, violence, and care…

Beaver, Bison, Horse: The Traditional Knowledge and Ecology of the Northern Great Plains

As one of North America’s most unique ecologies, the Great Plains have fostered symbiotic relationships…

Conjuring the State: Public Health Encounters in Highland Ecuador, 1908-1945

The Ecuadorian Public Health Service was founded in 1908 in response to the arrival of…

Savoirs, utopies et production des communs

Savoirs, utopies et production des communs Martin Hébert, Francine Saillant et Sarah Bourdages Duclot (dir.).…

L’Europe et l’histoire des sans-histoire

L’Europe et l’histoire des sans-histoire Traduit de l’anglais (États-Unis) et présenté par André C. Drainville…

Autochtonie et question éducative dans les Outre-mer : Une enquête comparative en Guyane et en Polynésie française

Autochtonie et question éducative dans les Outre-mer. Une enquête comparative en Guyane et en Polynésie…

Éloge du raisonnable : Pour un réenchantement raisonné du monde

Éloge du raisonnable : Pour un réenchantement raisonné du monde Raymond Massé Presses de l’Université…

Petite

Petite Francine Saillant Academia, Louvain-la-Neuve, 212 pages, ISBN: 978-2-8061-3596-4 Petite, une enfant exploratrice, se frotte…

Contact

Membership

Our members are first to receive information about jobs, awards and conferences.

Back To Top